Travailleurs saisonniers: une directive pour lutter contre le dumping social

travailleurs-siasonnierFigurant parmi les moins bien lotis des travailleurs, les saisonniers voient aujourd’hui leurs droits renforcés par une directive européenne. L’accord entériné ce matin au Parlement européen harmonise les conditions d’entrée et de séjour des travailleurs venant des pays tiers dans l’Union européenne : c’est un pas en avant dans la lutte contre le dumping social et vers une gestion plus apaisée des flux migratoires.

Grâce aux nouvelles règles européennes, les saisonniers venus des pays tiers bénéficieront de l’égalité de traitement avec les ressortissants européens dans des domaines essentiels: conditions de travail, droits à la sécurité sociale, à la formation professionnelle ou encore reconnaissance de leurs droits à pension.

Les obligations incombant aux employeurs, notamment en matière de logement des salariés, seront renforcées. L’employeur devra apporter la preuve que le saisonnier bénéficie d’un logement décent pour la durée de son contrat. Les États devront, quant à eux, s’assurer de la mise en œuvre de cette obligation en prévoyant des inspections régulières voire des sanctions en cas de non-respect des règles.

Les « aller-retour » entre pays tiers et UE seront permis et simplifiés ce qui est une avancée. La migration circulaire est en effet la condition sine qua non d’une gestion apaisée des flux migratoires.

Par ce vote, nous progressons sur la voie de l’amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs saisonniers. Dans un contexte difficile, l’Union montre ici qu’elle est capable d’agir dans le sens du progrès social et pour une gestion apaisée des flux migratoires. Je ne peux qu’exhorter les États à continuer dans ce sens pour les  autres catégories de travailleurs, en premier lieu desquelles, les travailleurs détachés[1].

Recherche

Présence Web

Liens

Slideshow image

"A lire, le Nouvel optimisme de la volonté" paru dans le Point