Taxe sur les transactions financières: la taxe, rien que la taxe et toute la taxe!

Taxe sur les transactions financières: la taxe, rien que la taxe et toute la taxe!

JL Bennahmias, député européen, vice-président du Mouvement Démocrate, a vivement réagi à l’intervention du ministre de l’économie, P. Moscovici, hier sur le projet de taxe sur les transactions financières.

« Ce retour en arrière de la France est profondément décevant et incohérent avec les positions défendues jusque là. Rappelons que c’est notamment à l’initiative de la France, qui pousse depuis des années à la création de cette taxe, que s’est constituée une coopération renforcée, avec 11 Etats de l’UE, en décembre dernier. »

Il a ensuite affirmé: « Résultat de cet accord entre Etats pour créer la TTF, la Commission européenne a fait sa proposition -en février 2013, ce n’est donc pas totalement nouveau. Et je ne crois pas qu’on puisse la qualifier d’excessive. Au contraire, je crois que la France a tout intérêt à défendre une taxe sur les transactions financières ambitieuse et surtout qui existe réellement. »

Poursuivant sur l’intérêt de la TTF, il a rappelé: « Car, c’est bien là l’enjeu : cette taxe n’a intérêt que si elle couvre l’ensemble des transactions financières (ou du moins le maximum d’entre elles). La multiplication des exemptions et dérogations porterait un préjudice considérable à l’existence réelle de la taxe et bien évidemment aux ressources financières qui pourraient être dégagées. »

Evoquant les arguments déployés pour contrer la taxe, il a tenu à préciser:   « Quand on parle d’une taxe qui pourrait nuire à la finance, il faut garder en mémoire les taux à minima prévus – qui sont de l’ordre de 0,1% pour les transactions boursières et 0,01% pour les transactions sur les produits dérivés. »

Enfin, revenant sur les objectifs: « Pourquoi cette taxe? L’ambition était de faire contribuer enfin la finance à l’effort global -une taxe, même symbolique-qui ne devrait pas être réduite à néant sous pression des acteurs financiers. La TTF devrait notamment abonder le budget de l’UE, elle fait partie des ressources propres dont nous avons cruellement besoin pour financer un budget européen qui soit à la hauteur des défis et des besoins de demain.

En conclusion, il a déclaré: « Ne reculons pas maintenant! La taxe, rien que la taxe et toute la taxe, c’est un minimum. »

Jean-Luc Bennahmias

Député européen

Vice-président du Mouvement Démocrate

 

Recherche

Présence Web

Liens

Slideshow image

"A lire, le Nouvel optimisme de la volonté" paru dans le Point