Schengen: une décision unilatérale du Conseil inquiétante pour l’Union européenne

Jean-Luc Bennahmias a réagi jeudi 7 juin à l’annonce faite par le Conseil de l’Union européenne d’une remise en cause des accords de Schengen, dénonçant « une décision unilatérale du Conseil inquiétante pour l’Union européenne »:

« Ouvrir une brèche dans les accords de Schengen, évincer le Parlement européen de la prise de décision, s’asseoir sur la méthode communautaire: la décision prise aujourd’hui par le Conseil matérialise complètement nos inquiétudes » a dénoncé JL Bennahmias.

« Agissant comme s’ils étaient seuls dans la prise de décision à l’échelle de l’Union, au mépris des propositions faites par la Commission européenne et du rôle du Parlement européen avec qui ils étaient pourtant en négociations sur le sujet, les Etats membres réunis à Luxembourg ont décidé en vase clos que les contrôles aux frontières pourront être rétablis pendant 6 mois (avec possibilité de prolongation) lorsque que des circonstances exceptionnelles l’exigeront. »

JL Bennahmias a ensuite expliqué la démarche défendue par les autres institutions: « Alors que l’idée défendue par la Commission et le Parlement était de réformer Schengen d’une manière collective, dans la plus grande transparence, afin d’éviter les décisions arbitraires et unilatérales et assurer une plus grande protection à la fois des libertés individuelles mais aussi des frontières de l’Union, les Etats ont choisi l’inverse. Qui contrôlera le caractère « exceptionnel » des circonstances ayant poussé un Etat à fermer ses frontières? Comment assurer une approche cohérente au sein de l’UE et la préservation d’un des acquis fondamentaux de l’Union, à savoir la liberté de circulation?

« Cette décision suscite de nombreuses inquiétudes et il est à craindre que cette brèche ouverte dans les accords de Schengen ne conduise à une disparition complète de cet acquis européen. » a mis en garde JL Bennahmias.

Recherche

Présence Web

Liens

Slideshow image

"A lire, le Nouvel optimisme de la volonté" paru dans le Point