Qatari Sports Investments vous souhaite un joyeux noël!

La planète footballistique française s’engage donc via le Paris Saint Germain dans la voie lunaire de l’indéfini du «no limits» comme ils disent.

Qu’on se le dise, nos footballeurs évoluant dans le championnat français ne sont pas des cossettes. Payés, ils le sont et très confortablement même. Mais il est néanmoins vrai que l’arrivée de David Beckham déstabilise la France du football et du sport professionnel français en général. De 1 à 100, l’échelle des salaires entre un professionnel du ballon rond et un salarié avait déjà de quoi interloquer. De 1 à 1 000, c’est amèrement digérable lorsque déjà une différence de 1 à 50 serait déjà énorme.

Logique aussi indécente que absurde symbolisée à merveille par l’éviction d’un Antoine Kombouaré qui fait dans le même temps les frais de cette stupide logique.

Oui, un Nasri et consort gagnent l’équivalent d’un David Beckham à l’étranger. Est-ce une raison pour s’y faire?

Depuis des années, le football européen est devenu le réceptacle cynique du blanchiment d’argent.

A coté de la colonne positif, moins sous les projecteurs existe pourtant un passif. L’argent a toujours une provenance, et les sommes englouties ici le sont évidemment au détriment d’autres fonctions.

Personne n’y voit rien à redire lorsque le spectacle est au rendez-vous. A tous ceux qui s’alarment du fait de voir les clubs italiens, anglais notamment crouler sur des milliards et des milliards de dette, tous nous ont toujours répondu que une dette cela s’efface: la vérité est et sera plus cruelle.

Le foot européen est sur une pente plus que malsaine. En cela nous suivons pieds au plancher les traces du basket américain. Les grèves de joueurs sur-payés et les naufrages des derniers mois du basket américain sont la preuve tangible – s’il en était besoin- de la non-pérennité de ce modèle.

Alors deux choses l’une : soit les responsables du football européen raisonnent le foot business (Salary cap, solidarité entre le football professionnel et amateur, DNCG européenne…) soit immuablement la bulle football finira elle aussi par éclater.

Recherche

Présence Web

Liens

Slideshow image

"A lire, le Nouvel optimisme de la volonté" paru dans le Point