Pour tous les infirmiers en catégorie A !

M.CHATEL Luc
Ministre de l’éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative
110 rue de Grenelle
75357 Paris SP 07

 

Bruxelles, le 5 mai 2011
Monsieur le Ministre,

Depuis de nombreux mois, les infirmières de l’Education nationale revendiquent avec vigueur la création de la catégorie A pour leur profession. Cette revendication est à la fois juste et légitime, comme vous l’avez déclaré à l’Assemblée Nationale, et permettrait une meilleure reconnaissance sociale et salariale de leur travail quotidien.

En tant que député européen, je me permets donc de vous écrire afin, d’une part, d’attirer votre attention sur leur revendication puis, d’autre part, pour souligner à quel point les missions des infirmiers en milieu scolaire sont cruciales, difficiles mais indispensables.

En effet, alors que les infirmiers de la Fonction Publique Hospitalière sont en train d’être intégrés dans la catégorie A, les infirmiers de l’Education Nationale souhaitent pouvoir bénéficier de ce même droit. Ensuite, parties intégrantes de l’équipe éducative de leurs établissements scolaires, ils sollicitent logiquement le même niveau de reconnaissance accordé aux autres membres du personnel éducatif. Ces deux raisons soulignent ainsi que leur demande est fondée, légitime et égalitaire.

Les infirmiers de l’Education nationale voient leurs rôles et responsabilités s’élargir, avec l’apparition de nouveaux besoins des élèves et des étudiants, et évoluer régulièrement, notamment sur les problématiques liées au suicide, au stress, aux pratiques addictives ou aux maladies sexuellement transmissibles. Souvent interlocuteurs privilégiés, voir uniques, des jeunes, ils assurent un rôle majeur au sein de la communauté éducative.

Pour toutes ces raisons, il est indispensable d’intégrer tous les infirmiers, sans distinction par « sous catégorie », dans la catégorie A. Il ne peut y avoir de traitement discriminatoire de ces professionnels. Il s’agit tout simplement de mettre en œuvre le Processus de Bologne et d’adresser un signal de reconnaissance à cette profession, en manque de main d’œuvre dans notre pays.

En vous remerciant par avance de l’intérêt que vous porterez à ma démarche, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes sincères salutations.
 
Jean-Luc Bennahmias
Député européen
Vice-Président du Mouvement Démocrate

Recherche

Présence Web

Liens

Slideshow image

"A lire, le Nouvel optimisme de la volonté" paru dans le Point