Pour Jean-Luc Bennahmias :  » l’indispensable continuité de la construction européenne ne peut être remise en cause »

Pour Jean-Luc Bennahmias :  » l’indispensable continuité de la construction européenne ne peut être remise en cause, notamment en politique de recherches, de transport, d’énergie »

Revue de presse : la Provence
L’École internationale célèbre la fête de l’Europe
Manosque / Publié le mardi 14 mai 2013 à 14H50
Hier, les élèves de maternelle au lycée ont vécu à l’heure européenne
Un goûter et des jeux en plusieurs langues, à l’école internationale, cela n’a rien d’extraordinaire. Mais hier, à l’occasion de la fête de l’Europe, cet aspect revêtait une connotation particulière pour les élèves de maternelle et primaire, à l’heure où les lycéens assistaient à une conférence sur ce thème, organisée conjointement par la Maison de l’Europe et l’École internationale.
À la tribune : Jean-Luc Bennahmias, député européen pour la région Sud-Est, Christophe Castaner, député-maire de Forcalquier, Gérard Aurric, en charge des relations extérieures et de la coopération transnationale au sein de la communauté d’agglomération Durance Luberon Verdon et Alain-Pierre Merger, président de la Maison de l’Europe en Provence, située à Aix.
Pour Jean-Luc Bennahmias, « il est difficile aujourd’hui de parler de l’Europe de façon positive à l’heure de politiques extrêmement libérales voire d’austérité, à Chypre, en Grèce ou au Portugal… Pourtant, l’indispensable continuité de la construction européenne ne peut être remise en cause, notamment en politique de recherches, de transport, d’énergie… Chaque pays n’a pas les moyens de les mener seul. »
Mais comment vivre sa citoyenneté européenne ? « Vous êtes citoyen européen, Vous êtes Manosquin, Français et Européen, détaille le président de la Maison de l’Europe. Il n’est pas de priorité d’une dimension par rapport à l’autre. La citoyenneté permet de circuler et séjourner librement dans les pays, de voter où l’on réside pour les élections municipales et européennes, ainsi que la protection hors Union européenne de l’une des ambassades ou consulat d’un pays européen. »
Les élèves interrogent alors sur le fonctionnement de l’institution européenne et sur le manque de sentiment d’appartenance : « 60 à 70 % de nos lois proviennent de l’Union européenne, rappelle le député européen. On oublie souvent que l’Europe participe à des projets locaux. On a besoin de grands projets structurels de politiques européennes. »
« Mais existe-t-il une conscience européenne chez nos concitoyens ? interroge Christophe Castaner. En période de crise, on cherche toujours un bouc émissaire. Mais qui a validé le prêt pour l’École internationale ? La Banque européenne d’investissement. Les aménagements à Volx proviennent à 50 % de fonds européens. Il faut construire une communication positive sur les acquis de l’Europe. »
Et Jean-Luc Bennahmias de préciser : « Le fait qu’il n’y ait pas de fiscalité commune est un défaut gigantesque. » Et l’absence de gestion des flux migratoires constitue un écueil : « Le plus grand risque, c’est le repli sur soi, les populismes les plus extrêmes » ajoute le député, vice-président du Mouvement démocrate.

 

Recherche

Présence Web

Liens

Slideshow image

"A lire, le Nouvel optimisme de la volonté" paru dans le Point