Les jeunes enfin à l’agenda du Parlement Européen?

Le mot d’ordre: sauver la génération perdue. Avec un taux de chômage de 23,5% de moyenne dans l’UE, les jeunes sont parmi les plus touchés par les conséquences de la crise économique et sociale que nous subissons depuis maintenant plusieurs années consécutives. Une génération perdue, sacrifiée…on ne trouve plus assez de qualificatifs pour illustrer la situation déplorable dans laquelle se trouve la tranche d’âge des 18-25 ans.

Prenant -tardivement- conscience de la gravité de la situation, la Commission européenne a envoyé des émissaires sur le terrain – dans 8 des États Membres dans lesquels le taux de chômage était au plus haut – afin d’étudier la situation et proposer des solutions. Dans la résolution adoptée aujourd’hui par le Parlement européen, nous lui demandons d’apporter ses conclusions et surtout de se montrer innovante dans l’élaboration de mesures favorisant l’emploi des jeunes.

La garantie européenne pour la jeunesse qu’elle a proposée dans sa dernière communication est un bon début tout comme la volonté d’utiliser les fonds structurels encore non engagés…mais nous attendons désormais la concrétisation de ces bonnes intentions, qui devraient concerner tous les Etats membres. Cette garantie pour la jeunesse devrait contribuer à ce que, quelques mois suivant leur sortie de l’école, les jeunes bénéficient, soit d’une formation, d’un stage ou d’un apprentissage. Mais pour n’être pas qu’une simple parole en l’air, elle doit être juridiquement contraignante avec un objectif pour le moins explicite: qu’aucun jeune ne soit plus laissé pour compte. Il faudra aussi veiller à ce que ces propositions de formation visent à créer de véritables opportunités d’emploi et non pas des trappes à précarité.

Enfin, une part non négligeable des 82 milliards d’euros des fonds structurels encore non engagés doit aller directement au soutien de projets à destination des jeunes mais aussi aux PME qui sont les principales forces créatrices d’emploi pour que les entreprises redonnent aux jeunes européens des perspectives et une confiance dans l’avenir. La situation de détresse est réelle ; le besoin d’action est urgent ; nous n’avons pas le choix, sinon le risque d’être accusés bien vite de non assistance.

Recherche

Présence Web

Liens

Slideshow image

"A lire, le Nouvel optimisme de la volonté" paru dans le Point