L’entreprise de déshumanisation toujours en marche!

Le cahier des charges de l’organisme gérant le « 115″ du Haut-Rhin, la structure qui répond aux appels d’urgence de demande d’hébergement, distingue le « public de droit commun » et « les demandeurs d’asile ou déboutés du droit d’asile.

Quelques soient leurs origines, on ne laisse pas les gens dehors lorsqu’il fait -10 degrés!  Ce cahier à charge contre les personnes les plus en difficultés porte les germes du cynisme, de l’impudence et, en termes juridiques, de la non assistance à personne en danger.

Lorsqu’il n’y a plus assez de place, il faut en créer. Rien n’interdit de mobiliser un gymnase ou une salle municipale en semaine de grand froid. Enfin, ce sont de telles évidences!

Devant de telles inepties, M. l’abbé Pierre doit se retourner dans sa tombe!

Enfin, grâce à l’imagination sans fin de notre politique migratoire et au labyrinthe administratif, gardons en mémoire qu’une grande partie de ces personnes ont acquis le douloureux statut des NI-NI. Ni expulsables, ni soit-disant régularisables, on les condamne à l’errance et à la misère. Un minimum d’humanité et de chaleur donc!

M.Apparu est contraint de rédiger une circulaire en urgence pour rappeler le principe d’inconditionnalité de l’accueil en hiver. Mais comment en est-on arrivé là?

Recherche

Présence Web

Liens

Slideshow image

"A lire, le Nouvel optimisme de la volonté" paru dans le Point