L’avenir du PEAD se joue au sommet européen des 22-23 novembre:aux chefs d’Etat et de gouvernement de s’engager pour le maintien du Programme d’aide aux plus démunis

A la veille du sommet européen sur les perspectives financières 2014-2020, la balle est dans le camp des chefs d’Etat et de gouvernement. A eux de s’engager maintenant pour un budget digne de ce nom pour aider les plus démunis au cours des 7 prochaines années.

La Commission européenne a proposé le 24 octobre dernier de créer un fonds d’aide pour les plus démunis dans le cadre de la politique de cohésion. J’ai salué l’initiative qui devrait permettre de pérenniser le PEAD sous une nouvelle forme.

Au Parlement européen, une majorité de députés soutient depuis longtemps ce programme, utilisé par 20 des Etats membres de l’Union.

Encore hier, je participais à une rencontre au sein du Parlement européen avec les députés, les représentants des associations caritatives françaises et en présence de deux ministres français, Marie-Arlette Carlotti et Stéphane Le Foll.

L’occasion de rappeler l’absolue nécessité de préserver l’aide européenne aux plus démunis avec un budget conséquent.

Or, ce n’est pas gagné! Alors que la Commission européenne propose 2,5 milliards sur la période, le Conseil européen propose déjà de réduire à 2 milliards le budget du PEAD.

Aux dirigeants européens d’assumer maintenant leur devoir de solidarité. Maintenir les 2,5 milliards d’euros est un minimum. C’est au sein du Conseil européen que les Etats en faveur du programme doivent faire entendre leur voix dans les discussions des prochains jours.

Recherche

Présence Web

Liens

Slideshow image

"A lire, le Nouvel optimisme de la volonté" paru dans le Point