Jean-Luc Bennahmias en déplacement à Dijon autour de l’écologie politique.

Répondant à l’invitation de François Deseille, président du Modem 21, Marien Lovichi, délégué départemental d’Ecologie et Démocratie et Danielle Juban, conseillère municipale, Jean-Luc Bennahmias s’est rendu le 8 novembre à Dijon pour un « café politique » arborant fièrement le badge « Marseille Provence 2013″, pour soutenir la ville qui sera capitale européenne de la culture en 2013.

La conférence-débat a porté sur le thème de l’écologie politique; alors que des frictions apparaissent à l’aube de la campagne présidentielle entre le PS et Europe Ecologie – les Verts, notamment autour du thème du nucléaire, il a défendu la vision d’une écologie qui ne serait pas le domaine réservé d’un seul parti.
« Je trouve inquiétant que la réunion récente du G20 n’ait pas débouché sur des perspectives tangibles. Je tiens beaucoup au développement durable et à ce titre, je pense qu’on ne peut dépendre d’un seul mode de production énergétique. Nous n’avons pas d’avis tranché sur le nucléaire, mais il faut s’orienter vers le mix énergétique », a noté Jean-Luc Bennahmias.

Enfin il a répondu aux questions des journalistes présents en abordant notamment le plan de rigueur présenté par le Premier ministre, François Fillon, lundi 07 novembre 2011: « Ce plan mélange tout. Il faut réunir les organisations et convoquer un vrai débat au Parlement. Lorsqu’on change le régime des retraites quelques mois après leur réforme, on brise la confiance. Il y a bien sûr quelques bonnes mesures comme celles concernant les grandes entreprises et la TVA n’est pas la pire décision. Qui va payer ? Une fois de plus avec Nicolas Sarkozy, les classes moyennes. »

crédits photo: Le Dijonscope et son interview.

Recherche

Présence Web

Liens

Slideshow image

"A lire, le Nouvel optimisme de la volonté" paru dans le Point