Directive sur les travailleurs saisonniers: vote en faveur de l’égalité de traitement

Bruxelles, le 23 novembre 11 en commission EMPLOI au Parlement européen

Les travailleurs saisonniers ne sont pas les travailleurs les mieux lotis, c’est le moins que l’on puisse dire. Souvent exploités, régulièrement discriminés, ils ont toujours été le parent pauvre de nos politiques économiques dans le domaine de l’emploi alors qu’ils sont pourtant une main d’œuvre essentielle dans certains secteurs d’activité.

 L’Union européenne ayant décidé d’harmoniser les conditions d’entrée et de séjour des travailleurs saisonniers venant des pays tiers dans l’UE, la commission Emploi du Parlement européen était amenée aujourd’hui à se prononcer sur le projet de directive. Grâce au travail essentiel de compromis réalisé par le rapporteur socialiste italien, S.Cofferati, nous pouvons nous féliciter du texte adopté à une large majorité qui prévoit des standards minimaux progressistes pour ces saisonniers.

 Au cœur du projet de directive, l’égalité de traitement entre les saisonniers hors UE et les ressortissants UE dans un certain nombre de domaines essentiels: les conditions de travail, les droits à la sécurité sociale,  à la formation professionnelle ou encore la reconnaissance de leurs droits à pension.

Autre aspect important qui fait souvent défaut actuellement, la nécessité d’un logement décent. L’employeur devra apporter la preuve que le saisonnier bénéficie d’un logement décent pour la durée de son contrat. Il sera aussi essentiel que l’Etat membre s’assure de la mise en œuvre de cette obligation en prévoyant des inspections régulières voire des sanctions en cas de non respect des règles.

 Par ce vote, nous progressons sur la voie de l’amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs saisonniers. L’enjeu est aussi de mettre un terme au dumping social existant dans l’UE par l’harmonisation des conditions. Il faut encore que cette position soit confirmée par le vote dans les prochaines semaines en session plénière. L’UE a ici une occasion, plutôt rare dans le contexte actuel, de montrer son utilité aux citoyens, le Parlement doit s’en saisir. Cette directive ne sera un progrès qu’à la condition qu’elle porte en elle une vision progressiste des droits pour cette catégorie de travailleurs.

Recherche

Présence Web

Liens

Slideshow image

"A lire, le Nouvel optimisme de la volonté" paru dans le Point