Des raccourcis aux clichés : Politique-Football : 0-0 ?

Suite à l’article de Mediapart, je tenais à rappeler que dans le cadre de l’Union européenne, l’approche des quotas est une ligne rouge essentielle et qu’à cette aune, nous sommes bien dans la libre circulation des travailleurs. Certains semblent aujourd’hui s’offusquer que des joueurs formés dans nos centres de formation partent ensuite faire le bonheur d’autres sélections. Or ceci peut très bien se concevoir dans une logique d’aide au développement. Bien évidemment, l’objectif premier reste de pouvoir élaborer dans ces pays de véritables centres de formation pour redonner sur place de réelles perspectives à des talents qui ne demandent qu’à pouvoir s’épanouir au plus près de leurs proches.

Pour ceux qui s’intéressent au fonctionnement de nos centres de formation, on s’alarme en revanche peu souvent de la situation de ces jeunes joueurs que l’on fait venir de tous horizons, à qui on promet toutes les merveilles et que l’on jette comme des kleenex si au bout du bout, à la fin des fins, pour cause de blessure ou tout autre motif, ils ne font pas l’affaire.

En France comme au Parlement européen, je travaille à faire avancer ce dossier, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’en dépit des bonnes intentions de l’UEFA, on est encore loin du compte. Chaque année des centaines de joueurs se retrouvent sans rien, à la rue, et sans situation juridique claire. Alors que le retour au pays est toujours  vécu comme une suprême humiliation s’intégrer dans une nouvelle formation leur est également interdit. C’est l’envers du décor oublié, minimisé à l’ombre d’un star système euphorique.

Pour le reste, savoir aujourd’hui si un blanc dribblerait mieux qu’un noir n’est pas un sujet. De la même façon, en athlétisme, des quotas cette fois-ci inversés donnant la primeur aux athlètes de couleur auraient eu de bien belles conséquences aux vues des performances d’un Lemaitre.

Mais à ce petit jeu, il n’y a rien à démontrer. Il n’y a pas plus sourd que ceux qui ne veulent pas entendre. Comme dans l’ensemble des strates de notre société, la lutte contre les discriminations est à la base de notre pacte républicain. Et en cela le football ne peut faire exception.

Dans l’attente des éclaircissements, on ne peut s’empêcher de constater que lorsque les gouvernements (le nôtre ne faisant malheureusement pas exception) cautionnent des propos similaires à la droite extrême et populiste, c’est inévitablement contagieux.

Toutefois, le football a les responsables de qualité pour ne pas tomber dans ce piège.

Recherche

Présence Web

Liens

Slideshow image

"A lire, le Nouvel optimisme de la volonté" paru dans le Point