Candidat s’il y a une primaire à Marseille

article paru dans La Provence du 15 octobre 2012

Marseille Municipales :Bennahmias candidat s’il y a une primaire

A Aix, à Avignon et désormais Marseille, trois ville tenues par l’UMP, l’idée d’une primaire chemine dans les états-majors d’opposition afin de désigner un candidat commun aux municipales en 2014. A la manœuvre, ce ne sont pas forcément les équipages les plus lourds, pas non plus les chevaux les plus légers, plutôt des outsiders qui se verraient bien coiffer tout le monde à gauche dans l’ultime ligne droite.

Dernier en date, Jean-Luc Bennahmias (Modem) dit oui à une primaire dans le camp de « ceux qui se reconnaissent dans la majorité présidentielle ». Pour le député européen, « nous avons besoin de cette primaire, afin de créer une dynamique gagnante et positive pour la vile ».

Encore faut-il que le Parti Socialiste soit d’accord pour entrer dans ce processus de désignation. Dans ce cas de figure, enchaîne le Député européen, je serai moi-même candidat à la primaire. « Deux enseignements politiques à tirer de ses déclarations. Primo : à Marseille, le parti de François Bayrou privilégie en 2014 une alliance avec la gauche. Secundo : il est prêt à renoncer à une liste en solo comme en 2008 (5,5% au premier tour).

Qui pourrait être tenté par ce tour préliminaire avant l’élection : Patrick Mennucci? Samia Ghali? Marie-Arlette Carlotti? En ce qui concerne Eugène Caselli, la porte n’est pas fermée… à condition que ce processus « soit accepté par tous et que ce soit une règle générale dans toutes les villes où nous n’avons pas de candidat sortant. Il ne faut pas faire de Marseille, une nouvelle fois, l’exception ».

Pour le président de la communauté urbaine, « il n’y a pas de mode idéal de désignation du candidat. Tous sont bons à condition qu’ils soient transparents ».

 P.Mg

Recherche

Présence Web

Liens

Slideshow image

"A lire, le Nouvel optimisme de la volonté" paru dans le Point