Bienvenue à Yves Cochet et Jean Roatta…désignés de manière plus que surprenante!

Parlement européen: arrivée de nouveaux députés français:

Nous y sommes: les fameux « eurodéputés fantômes » comme on les appelle, devraient faire leur entrée au Parlement européen dans les prochains jours. Parmi les 18 nouveaux députés, deux sont français. Si je me réjouis de l’arrivée de deux français supplémentaires au sein de l’institution, je ne peux m’empêcher de déplorer leur mode d’élection. Il est en effet très étonnant que nous ayons désormais dans la même assemblée des députés élus par le suffrage universel et d’autres élus par leurs pairs.

La France – contrairement aux 11 autres pays concernés par l’élection de nouveaux députés suite à l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne- a choisi non pas d’élire, mais de désigner les futurs députés européens parmi les élus de l’Assemblée Nationale. Yves Cochet et Jean Roatta sont donc des élus nationaux qui vont se transformer d’un coup de baguette magique en députés européens. Un processus discutable d’un point de vue démocratique et qui ajoute à la confusion ambiante.

L’imprévision totale -pour ne dire l’amateurisme- de l’Etat français dans cette affaire est affligeante: alors que certains de nos voisins concernés (le Royaume-Uni par exemple) avaient prévu les modalités de cette élection dès 2009, en France, nous avons attendu, tergiversé pendant des mois sans prendre nos dispositions pour finir par opter pour la solution la moins démocratique. C’est d’autant plus regrettable qu’il aurait été très simple de choisir ces nouveaux députés sur la base des résultats obtenus par les différentes formations politiques aux élections européennes de 2009…Ce qui n’aurait rien changé du point de vue des couleurs politiques mais aurait eu le mérite de la clarté et du respect du choix démocratique des électeurs…  Le déficit démocratique de l’Union européenne dont on parle tant en ce moment est aussi la responsabilité de ceux qui nous gouvernent!

Recherche

Présence Web

Liens

Slideshow image

"A lire, le Nouvel optimisme de la volonté" paru dans le Point