Bayrou bientôt Borloo compatible? (leplus NouvelObs)

article publié dans leplus Nouvel Obs par Estelle Gross le 25 Septembre 2012

Les centristes auront ce week-end les yeux tournés vers l’Ouest. Ils attendront des nouvelles de Guidel, près de Lorient, où le MoDem tiendra son université de rentrée. C’est là-bas que François Bayrou pourrait éclaircir sa position après sa timide main tendue à Jean-Louis Borloo et à la toute nouvelle Union des démocrates et indépendants (UDI).
« J’ai toujours été un militant de l’unité du centre. Alors, je dis à Jean-Louis Borloo : si c’est vraiment l’unité qui est le but à atteindre, faisons-la ensemble », a lancé le patron du Mouvement Démocrate dimanche lors du « Grand rendez-vous Europe1/i>TELE/Le Parisien ».

Le néo-président de l’UDI en retour s’est montré ouvert, mais sous conditions. « Ce n’est pas une coalition avec les gauches, c’est une coalition du centre avec la droite républicaine. Tout membre du MoDem qui est sur cette ligne politique claire peut venir », lui a répondu Jean-Louis Borloo.

« L’UDI s’est crée sur une ligne claire. La porte lui est ouverte s’il exclu des alliances avec la gauche », insiste Jean-Christophe Lagarde, porte-parole du groupe centriste du même nom à l’Assemblée nationale, qui n’a comme beaucoup de centristes pas oublié que François Bayrou avait annoncé au lendemain du premier tour de la présidentielle qu’il voterait pour François Hollande au second.

Mais tous, au centre, n’interprètent pas la dernière déclaration de Bayrou de la même manière. »Dimanche, je l’ai surtout entendu pendant 25 minutes se féliciter des propositions de François Hollande. C’est logique puisque Hollande fait du Bayrou », analyse le député européen du MoDem, Jean-Luc Bennhamias. « En aucun cas l’idée centrale du MoDem ne se retrouve dans l’UDI. Je pense que Bayrou a juste voulu rassurer les quelques personnes qui ont rejoint l’UDI », poursuit-il.

« Malheureusement François Hollande n’a pas fait le choix de l’ouverture »

Olivier Henno, maire de Saint-André-Lez-Lille est l’un de ceux là. Secrétaire départemental du MoDem, il a décidé de rejoindre l’UDI. En mai dernier, comme François Bayrou, il appelait à voter François Hollande. « Il faut faire le constat que le centre isolé ne marche pas et que malheureusement François Hollande n’a pas fait le choix de l’ouverture », explique l’élu du Nord. « J’ai fait ce constat et ce choix là. Et j’assume d’être l’aile gauche de l’UDI », poursuit-il. L’élu nordiste reconnait que l’UDI indépendante mais alliée à l’UMP ressemble davantage à l’UDF qu’au MoDem. Mais, souligne-t-il, « l’UDF correspond à la période où nos idées ont été les plus influentes ». Un constat qu’il invite François Bayrou à faire. « Je ne sais pas si il ira au bout de sa démarche, il faut d’abord qu’il fasse ce constat d’isolement, c’est un principe de réalité ». Et de rappeler que « François Bayrou est des nôtre, c’est une évidence, tous ceux qui sont à l’UDI ont à un moment ou à un autre fait campagne pour lui ».

« La mouvance centrale a mieux à faire que de se remettre dans l’opposition « , rétorque Jean-Luc Benhamias, qui lancera dans les prochains jours un appel à constituer un « réseau démocrate dans la majorité présidentielle ». Pour lui, François Bayrou « ne se considère pas comme étant dans l’opposition, ni dans la majorité ». En attendant d’en savoir plus sur les intentions du triple candidat à la présidentielle, le MoDem, lui, est coupé en deux.

 

Recherche

Présence Web

Liens

Slideshow image

"A lire, le Nouvel optimisme de la volonté" paru dans le Point